Californie : coup de cœur pour Sonoma et Napa

Je poursuis avec vous le détail étape par étape de notre road-trip Californien avec aujourd’hui une halte dans la prestigieuse région viticole de Sonoma et Napa à un peu plus d’une heure au nord de San Francisco.

J’ai réellement eu un coup de coeur absolu pour cette région au chic discret et au calme si agréable.*NEW* Californie : coup de cœur pour Sonoma et Napa

img_6843

Où se loger?
Pour cette halte de 4 jours au paradis américain des amateurs de vin nous avions posés nos valises dans un magnifique resort : Vintners Inn à proximité de la petite et charmante ville de Santa Rosa dans le comté de Sonoma

Ce paisible resort propose des chambres magnifiques, spacieuses et un cadre paisible à quelques miles dès plus beaux vignobles. C’est vraiment le spot parfait pour explorer la région.
vi

En plus le resort possède l’un des meilleur restaurant de la région : John Ash & Co où le chef propose une cuisine du jardin (oui oui, il y a un potager où pousse une grande partie des légumes cuisinés directement sur la propriété).
Quel plaisir d’y déguster un filet de bar parfaitement exécuté et des petits légumes img_0879croquants. Un petit air de France au paradis du fast-food. Quel bonheur !

 

Au petit déjeuner ne passez pas à côté des délicieux pancakes ou du muesli maison.
img_6838

L’été prochain l’hôtel ouvrira un Spa, une piscine et de nouvelles chambres pour s’offrir une parenthèse de bien-être dans les vignes.
Autant dire qu’on ne voulait déjà pas repartir mais là ça sera encore plus difficile.
Prix pour une nuit pour deux avec petit déjeuner : à partir de 300$

img_6847

Balades dans les vignes et bonnes tables.
En sillonnant les petites route des vallées de Sonoma et Napa vous trouverez des dizaines de wineries (domaines viticoles) où vous pourrez vous arrêter pour une dégustation.
En général les dégustations sont payantes et vous donne accès à un espace où vous installer tranquillement pour siroter les vins de la propriété.
Pour la meilleure vue je vous conseille Chandon à Napa ou encore Mazzocco au nord de Santa Rosa. Incroyable panorama sur la vallée ou les vignes.
img_6820

Nous avons aussi été visiter le vignoble de Francis Ford Coppola. C’est un peu le Disneyland du vin là bas. Le domaine est magnifique mais très « fake » à mon goût.
Nous y avons néanmoins bien déjeuné de plats italiens avant de reprendre la route pour des petites adresses plus authentiques.

Pour toutes les adresses de restaurants cliquez sur la carte
carte

Aller voir le Pacifique
Lors de votre séjour à Napa et Sonoma prenez une demi journée pour explorer la côte pacifique en empruntant la route de la russian River en direction de Jenner.
Sur le chemin arrêtez vous chez Korbel, la seule maison de champagne Californien a être autorisée à porter cette appellation. Bien que très old shcool, ce champagne n’en reste pas moins une curiosité quand on sait qu’il a été servit à la table de tous les présidents à la Maison Blanche. Dégustation gratuite et personnel adorable.
img_0897

En direction de l’Ouest vers Jenner, si vous avez un creux, faite une pause à Monte Rio, mini bourgade pour y croquer un burger ou un chili maison au Rio Café. En plus d’être une escale sympa, le soir vous pouvez aussi découvrir un film sous l’ancien dôme en zinc.
Arrivez à Jenner empruntez le Route 1 pour longer le pacifique. Les nombreux points de vue sont à couper le souffle. Garez votre voiture sur le bord de la route et glissez vous dans l’un des sentiers qui mènent au bord des falaises qui entourent la plage de sable blanc balayée par les bourrasques pacifiques.
C’est magnifique, brut, nature. Offrez-vous une balade sur la plage face aux rouleaux de l’océan. Attention l’eau est super froide😉
img_6832

Prochaine étape : San Francisco et Monterey

Un weekend de vertuo-sité avec Nespresso et le Fooding

Le duo Nespresso x Le Fooding a encore frappé !
C’est pour le plus grand plaisir des parisiens que la marque de café en capsules et le guide culinaire trendy remettent le couvert avec un évènement super yummy pour le lancement de la nouvelle machine de la marque : Vertuo avec le VERTUotel.

capture-decran-2016-12-02-a-08-23-19

VERTUO : pour les amoureux des cafés longs
Avec ces capsules bombées la machine VERTUO est une révolution de la consommation de café en grande tasse au petit-déjeuner comme à tout moment de la journée.
Un goutte de lait et vous obtiendrez le latte parfait!
shop_vertuoline1_machine_white gamme

VERTUotel : paradis de la comfort food les 3 et 4 décembre
Le concept est simple : 2 jours au paradis du cocooning et de la comfort food à l’hôtel C.O.Q  pour une nuit, un déjeuner, un goûter ou un diner.

Avec six des meilleurs chef(fe)s du Guide Fooding 2017, un room service 100% comfort, du vrai feu de cheminée, des cocktails qui ont un grain, des projections privées, un goûter de folie, des plateaux ciné et des mugs de café à volonté le VERTUotel c’est l’assurance de passer un weekend vertuo-se

Programme :
Le 03/12 > 18H Vertuo cocktail et diner par Fabrizio Ferrara Osteria Ferrara, Paris 11
Le 04/12 > 13H Déjeuner avec Katsuaki Okiyama d’Abri (Paris 10).
Le 04/12 > 16H Gouter par Moko Hirayam de Mokonuts
mokonuts-restaurant-paris-cafe-bakery-restaurant-by-le-polyedre_12
copyright : Le Polyèdre

Le 04/12 > 20H Le buffet chaud du duo Laura Portelli du Garde Manger (Paris 17) et Christophe Saintagne de Papillon (Paris 17).

christophe-saintagne-chef-de-papillon-restaurant-a-paris_5541119

Pour plus d’infos et réservations c’est par ici

Les 10 calendriers de l’Avent à croquer !

« Dis c’est quand Noël? « 
« Dans 38 jours »
« ….Quoi? Mais c’est dans super longtemps. Comment on va tenir jusque là? »
« Grâce au Calendrier de l’Avent pardi ». 

Qui n’a jamais fait ce constat à l’approche des fêtes? Déjà envie d’y être mais encore un peu de patience avant la dinde et les cadeaux.

Alors pour ça le calendrier de l’Avent est l’allié de tous les impatients.
Cette année nos marques préférées ont rivalisé d’imagination pour nous séduire.
Pour lequel craquerez vous?

1. A la mère de famille
C’est en collaboration avec Oliver Jeffers, illustrateur américain pour enfants que la Mère de Famille nous propose délicieusement de patienter jusqu’au 25 décembre. Derrière les fenêtres chocolats, pralines, fruits confits, nougats et calissons. Prix 39€
calendrier-de-l-avent

2. Eric Kayser
Pour un mois de décembre festif et gourmand, la Maison Kayser proposera un calendrier de l’Avent recelant de petits messages qui préparent la magie de Noël et surtout de délicieuses surprises sucrées. Composition : sujets au chocolat au lait, blanc, noir et dulcey, de guimauves et petits sablés. Prix : 25€
kayser

3. Angelina
La Maison Angelina lance le décompte jusqu’au jour J avec élégance et gourmandise. Cachés derrière les fenêtres de ce calendrier habillé d’illustrations du salon de thé de la rue de Rivoli : crêpes dentelles, giandujas, napolitains, pralinés au chocolat noir, pralinés au chocolat blanc ou encore amandes enrobées de chocolat au lait. Prix 29€

angelina_calendrier-avent-2016-768x597

4. La Manufacture de Chocolat d’Alain Ducasse
En exclusivité au Comptoir Saint-Honoré (75001), 25 calendriers numérotés et dédicacés par Alain Ducasse, pour démarrer délicieusement le compte à rebours de Noël.
24 cases qui renferment :  pralinés, dragées amandes, dragées noisettes, roc’noir, roc’lait, orangettes, Origine 75%, Origine Lactée 55%, chocolat non conché et grué, vanille, muesli et mendiants. Prix 42€
ducasse

5. Pierre Hermé
24 jours de douceurs et 24 fruits enrobés de chocolat se dissimulent dans les petits tiroirs signé Pierre Hermé et Nicolas Buffe. Cet écrin est uniquement disponble à la librairie des Arts au Royal Monceau. Prix 60€
herme

6. La Maison du Chocolat
La Maison du Chocolat apaise de façon ludique l’impatience des petits et grands gourmands. Derrière chacune des 24 fenêtres de ce calendrier se cachent de savoureuses créations. Chaque jour du mois de décembre, entre le 1er et le 24, se dévoilera une surprise : un chocolat praliné (nature ou parfumé) ou une friandise chocolat (amande, caramel,…). Prix 45€

maison-chocolat

7. Palais des thés :
Pas encore d’humeur pour les chocolats? Optez pour la version du calendrier de l’Avent du Palais des thés avec chaque jour un sachet différent : thé vert, noir ou infusion. L’édition limitée de Noël est un délice. Prix 23€
calendrier-de-l_avent-2-ref-z505n16_1

8. Nature et découvertes : Do it yourself
A vous de jouer avec cette option alternative de Nature et découvertes qui vous propose un ensemble de 24 petites boîtes à garnir vous même.
C’est l’option que j’ai retenu à la maison cette année en y insérant plein de petites douceurs et surprises variées. Prix 17€ 690

9. Fauchon
Fauchon dévoile son origami de gourmandise!  Les gourmands fonderont pour des pâtes de fruit à l’abricot, mini-éclairs en pâte d’amande, carrés de chocolat noir-cacao et lait-nougat, mini-calissons, bonbons fourrés aux 4 fruits rouges ou encore chocolat gianduja noisette combleront les papilles de tous les gourmands. Prix 32€unnamed

10. La pâtisserie des rêves
Habillé d’or et de lumière, le calendrier de La Pâtisserie des rêves est cette année encore l’occasion de savourer les délices traditionnels qui font la réputation de la maison parisienne : chocolats, biscuits et confiseries. Prix 41€
cxd9xyouqaegyrc

L’Auberge du jeu de Paume : le défi réussi de Clément Leroy

C’est en juillet dernier, que Clément Leroy, ancien lieutenant de Guy Savoy, reprenait les fourneaux de La Table du Connetable, restaurant doublement étoilé du Relais & Châteaux : L’Auberge du Jeu de Paume à Chantilly. L’occasion de découvrir ce lieu emblématique à deux pas du château et à une heure de la frénésie parisienne.

A 35 ans, ce fils de boucher et drômois d’origine compte y installer une cuisine authentique et généreuse en résonance au noble patrimoine culinaire de Chantilly et de ses alentours.

telechargement

A la carte d’automne : mets giboyeux et trésors de cueillette.
Confortablement installée face aux jardins du château de Chantilly qui se parent des plus belles couleurs de l’automne Jules et moi découvrons la toute nouvelle carte automnale du chef.

Entrées : 
Je me décide pour « Couleurs de betterave, parmesan de vache rouge » et mon Jules pour la signature du chef « Bœuf à la ficelle comme l’aimait mon père, caviar et pomme de mer ».
Une entrée très féminine et toute en subtilité pour moi. Rôties, les betteraves laissent apparaître des saveurs douces contrebalancées par le caractère marqué du parmesan de vache rouge glacé.
img_1383

Pour Jules c’est carrément le coup de food. « Pu**** que c’est bon » lâche t-il alors qu’il assemble en une bouchée son carpaccio de boeuf juste cuit par un bouillon, quelques grains de caviar et un morceau de pomme de terre de Noirmoutier.
img_1376

Plats :
Avant l’arrivée de nos deux plats voilà que notre serveur dépose devant nous deux adorables timbales.
A l’ouverture s’échappe un incroyable parfum d’herbes aromatiques et de girolles sous lesquels se dévoilent des ravioles charnues.
Pour le plus grand plaisir des gourmets le chef propose cet intermède drômois en clin d’œil à son terroir natale.
Fondantes et savoureuses, les ravioles sont avalées en deux bouchées et la sauce épongée par l’excellent pain aux céréales.
D’ailleurs, quid d’en faire un plat à part entière chef?
img_1405

Viennent ensuite le lièvre à la Royale en deux services pour moi et le Chevreuil maturé au whisky, béarnaise iodée pour Jules.
Privilège de la nouvelle carte d’automne je suis la première à tester la lièvre à la royale fraîchement validé.
Présenté sous format classique dans son premier acte, le lièvre tient toutes ses promesses. Les quartiers de coings et le céléri contrebalancent la puissance de la sauce très bien exécutée.
img_1391
Le second acte réserve plus de surprises pour les papilles et les pupilles. Présenté sous forme de tiramisu ce lièvre à la royale en trompe l’œil renferme un parmentier au lapin léger et généreusement truffé qui conclue élégamment ce plat. Très original et gourmand.
Le chevreuil et ses légumes automnaux remporte aussi l’adhésion de Jules qui, grand amateur de spiritueux, regrette tout de même un fumet très/trop léger de whisky mais apprécie l’association avec un vin australien dans le verre.

Dessert :
Mon sang  ne fait qu’un tour alors qu’il s’agit de passer au dessert en découvrant le : Chocolat Sura Poire et noisette alors que c’est la Châtaigne et pomme Granny Smith Comme une tarte soufflée qui séduit mon cher et tendre.
img_1399
Clairement pas déçue de mon choix je déguste avec gourmandise mon dessert tout en rondeur et équilibre avant de conclure ce repas d’exception autour d’un thé vert et de mignardises.
img_1406

En bref :
Une très belle table où le chef accorde avec brio son identité culinaire héritée de son paternel, sa technicité acquise aux côtés de Guy Savoy et l’exception des mets automnaux.
Gageons que la conservation en 2017 des deux macarons Michelin ne sera qu’une formalité pour celui qui, il y a quelques jours, se voyait attribuer par le célèbre guide Gault et Millau le titre de « Grand de demain ».

Informations pratiques :
Auberge du Jeu de Paume
4 rue du Connétable
60500 Chantilly
Téléphone: 03 44 65 50 00

Déjeuner : de 12h à 14h, vendredi et samedi
Dîner : de 19h à 21h, du mardi au samedi
Fermeture hebdomadaire le dimanche et le lundi
Menus : 115€ à 190€ hors boissons

Californie : Sequoia, Yosemite et Sacramento

Pfiou, un peu plus d’un mois (presque deux…) déjà que nous sommes rentrés de ces fantastiques vacances en Californie.
A peine la tête sortie de l’eau avec le boulot et le blog,  j’en profite pour vous livrer le récit et les étapes de notre roadtrip en commençant par les grands parcs et la capitale de la Californie; Sacramento

img_0847

Pour la première semaine le leitmotiv a été : la nature
Entre les séquoias, les cascades et les vignes, c’est avec une bouffée d’espace et de tranquillité que nous avons débuté ces vacances.

Jour 1 : LAX-Bakersfield
Rien de très vert dans tout ça je l’admets mais pour prendre la direction des parcs depuis Los Angeles il a d’abord fallu prendre la route. Fraîchement débarqués à l’aéroport de LAX vers 18h30 avec 9h de décalage horaire soit 3h30 du matin en France) nous avons récupéré notre voiture de location chez Sixt et pris la route vers 20h direction Bakersfield à un peu moins de deux heures au Nord en direction des parcs pour y passer la nuit avant de reprendre la route le lendemain matin pour Sequoia Park.
C’était à la fois une bonne idée pour nous rapprocher de Sequoia Park (4h depuis L.A) mais aussi assez fatiguant avec le décalage horaire.
Nous avons fait étape dans un motel de la chaîne Extended Stay America, plutôt au dessus du lot versus les motels 6 (dont je vous parlerai plus tard). Lit confortable.
Astuce : demandez toujours des chambres côté cour car les motels se situent souvent en bord d’autoroute ou de routes très passantes.
Prix : 80$ la nuit hors taxes avec WiFi

Jour 2 : Sequoia Park
Le jour de notre visite à Séquoia Park était célébré l’anniversaire de l’association National des Parcs Naturels aux USA. Entrée gratuite et pas mal de curieux dans le parc. Mais c’est tellement grand qu’on peut finalement se trouver des lieux de tranquilité pour admirer cette nature monumentale et brute.
img_0777
Comptez une pleine journée sur place pour découvrir les incontournables du parc et notamment le Général Sherman Tree, le séquoia le plus haut du monde.
Bon, soyons honnête je m’attendais limite à l’Empire State Building donc j’ai été un peu désabusée mais la balade vaut tout de même la peine.
img_0793
Le soir, on sort du parc, direction la petite ville sans charme et intérêt de Fresno, pour dormir dans un Motel 6 totalement quelconque resté bloqué dans les années 90. L’objectif, être sur la route pour découvrir Yosemite demain.
Prix : 70$ la nuit hors taxes avec WiFi

Jour 3 : Yosemite Park
De bon matin arrivée à l’ouverture du parc par l’entrée Sud pour une journée de balades sinueuses et prometteuses.
img_0808
Dès les premiers miles on fait des pauses pour observer le point de vue, le Dome et El Capitain, les deux pics rocheux emblématiques de Yosemite
La vallée, les séquoias et les montagnes. C’est si beau…c’est démesuré, le soleil brille et c’est comme si nous étions seuls au monde.
Halte à Yosemite Village pour un rapide pic-nic. Ici, beaucoup plus de monde. Vous devez garer votre voiture et prendre une navette ou marcher pour atteindre le visitor center.
Là bas, outre du frit et des sandwichs pas grand chose à se mettre sous la dent mais on s’en contente. On prend des forces pour une rapide randonnée vers la Lower Yosemite Fall. Monumentale, la cascade était tarie lors de notre passage en septembre. La balade vaut quand même le coup, un bol de plein air où l’on croise des écureuils curieux et des biches pas farouches.
img_0839
Etape à Tunnel View pour contempler la vue incroyable avant de prendre El Portal road qui nous accompagne tranquillement vers la sortie ouest du parc en fin d’après-midi. Plusieurs haltes encore sur les petits bancs de sables, les mini plages de galets où l’on plonge les pieds dans l’eau glacée de la rivière Merced.
Nuit dans un Motel 6 à Merced, tout aussi inintéressant que Fresno, mais pas cher.  Autour pas vraiment de choix outre des fast food.
Prix : 70$ la nuit hors taxes avec WiFi

Jour 4 : Sacramento, capital state.
Détour par Sacramento pour y voir une ancienne collègue de boulot qui y vit désormais et qui nous servira de guide.
Ici l’atmosphère est agréable malgré les 35°C le jour de notre visite.
Moins dynamique et frénétique que ses cousines San Francisco et Los Angeles la capitale de la Californie ne manque certainement pas de charme.Les rues regorgent de pubs et de restaurants. Le street art s’expose sur les murs et les passages piéton.
Baladez vous dans le parc et la roseraie qui entourent le parlement avant de faire une halte pour déjeuner chez Azul Mexican Food & Tequila Bar, (1050 20th Street). Je vous conseille les tacos de boeuf.
c700x420

L’après-midi direction la vieille ville aux allures de décor de Far-West, un peu stéréotypée pour les touristes, mais dont le California State Railroad Museum vaut totalement le coup (10$/adulte).
img_0855

Prenez la visite guidée et découvrez l’histoire du rail américain ainsi que les monumentales locomotives qui traversaient le pays d’est en ouest.
Les visites sont organisés pas des retraités amoureux du rail.
Le soir direction le Nord-Ouest pour une nuit dans un motel près de l’autoroute qui nous mènera en direction de Napa et Sonoma.
12919716_980885775325684_3207688978226979025_n

Avant de reprendre la route on s’arrête pour un petit déjeuner chez IHOP (International House of Panacakes), une chaîne qui comme son nom l’indique sert des pancakes. On décide de se partager des pancakes aux myrtilles. Et grand bien nous en a pris quand nous avons vu arriver nos assiettes (cf photo) avec chacune une demi part. Les portions étaient énormes! Après 4 jours nous n’avons pas encore mesurer les quantités américaines.
img_0859
Prochaine étape : Napa et Sonoma Valley!

Road trip Californien : parcours et petites astuces pour préparer votre voyage

Aujourd’hui je fais une entorse à la ligne édito du blog puisqu’on ne va pas parler QUE de food mais de voyage. En effet, je vous propose un article au sujet de mon road trip de 3 semaines en Californie.    img_1169      
En préparant ce roadtrip j’ai passé beaucoup de temps sur internet, les blogs et les forums à la recherche de conseils et astuces pour préparer ces vacances au mieux mais j’ai un peu fait chou blanc.
Alors, dans ce premier article j’ai recensé quelques astuces basées sur mon expérience personnelle pour bien préparer votre voyage.
En espérant que ça vous aidera…

Je partagerai aussi le parcours étape par étape de notre roadtrip dans de prochains articles. En attendant je vous glisse ci-dessous la carte globale  de ce périple incroyable du sud au nord de la Californie (il n’y a pas toutes les étapes mais l’idée est là)

cali

9 astuces pour bien préparer son séjour :

1. Vérifiez que votre passeport et votre ESTA sont toujours à jour où effectuez les démarches
Ça paraît tout bête mais pour s’éviter des suées 3 semaines avant le départ, en août, période ultra chargée pour l’administration, faites faire votre passeport dès que possible. Pour moi, en le faisant en février, le délai a été de 10 jours.
Prix : 82€
Idem pour l’ESTA, le visa d’entrée sur le territoire américain pour les séjours de moins de 90 jours consécutifs. Il est valide 2 ans donc n’hésitez pas à vous y prendre en avance pour le remplir en ligne sereinement. D’autant que vous pouvez commencer à le compléter et le valider plus tard.
Pour les amateurs des frissons de dernières minutes vous avez jusqu’à 48h avant votre vol pour vous en occuper.
Prix : 15€/pers.

img_6836

2. Prendre ses billets 6 mois avant le départ (pas plus)
Alors je sais qu’il y a plusieurs écoles à ce sujet et mon avis ne fait pas légion mais personnellement pour un séjour de 3 semaines en septembre nous avons obtenu les meilleurs prix fin février.
Nous avons opté pour la compagnie Low Cost Norwegian qui propose des vols direct Paris > Los Angeles en +/- 10h30 à 500€ par personne en éco.
Bonne compagnie, pas de retard, personnel serviable et avion neuf. Ecran individuel et films récents. N’oubliez pas vous écouteurs, sinon il vous faudra débourser 4€.
Vous pouvez acheter des snacks en complément des 2 repas servis à bord.
Si vous réservez tôt, n’hésitez pas à passer par une agence de voyage qui vous permettra de choisir vos sièges. Ainsi nous avons pu être installés au premier rang de la classe éco : plus spacieux ! surtout pour mon grand Jules.

3. Vous renseigner auprès de votre banque sur les frais à l’étranger
Ça parait tout bête mais un coup de téléphone à votre banque à quelques jours du départ vous permettra de passer vos vacances l’esprit tranquille et sans mauvaises surprises pour plusieurs raisons :
Tout d’abord, en indiquant à votre banque que vous vous apprêtez à voyager évitera un blocage de votre carte en cas de suspicion de vol de vos données et de dépenses inattendues hors de France.
Mais aussi car vous pourrez déterminer la meilleure solution de paiement sur place pour éviter l’accumulation de frais: par carte ou en cash.
Ex : Ma banque prenant d’importants frais sur les retraits nous avions pris le parti de partir avec du cash et de payer par carte (frais moindre).

4. Réservez une voiture de location le plus tôt possible
img_1170
Roadtrip rime a fortiori avec bolide. C’est un paramètre à ne pas négliger dans l’organisation de votre voyage. Je ne saurai que trop vous conseiller de ne pas chercher à faire trop d’économies sur ce poste. En effet, cette voiture va être votre compagnon de route pour plusieurs centaines voir milliers de miles. Autant y être confortablement installé et à votre aise. Avec mon jules, nous avions joué la carte postale jusqu’au bout en optant pour un cabriolet : une belle Mustang rouge louée chez Sixt à l’aéroport de LAX et nous ne l’avons pas regretté. En la réservant bien à l’avance nous avons eu un bon prix.
La voiture avait un comportement à la fois routier mais aussi très fun qui correspondait bien à l’idée de nos vacances.
En trois semaines nous avons avalé plus de 1300 mi. et étions contents d’avoir de la place dans cette maison sur 4 roues.
En sus de votre location assurez-vous bien que le véhicule possède un GPS, peu de voitures en sont équipées aux USA (ça parait dingue je sais…). En effet ils utilisent une technologie de guidage à la voix dite « On Star ». Pas très pratique quand on est pas parfaitement bilingue…
Pour l’essence, c’était un bonne surprise. Nous avons du dépenser 450$ pour 3 semaines sur la route, ce qui est très raisonnable. Lors de notre séjour le gallon était à 2,30$ environ.

5. Réservez vos logements dans les grandes villes avant le départ
Pour notre roadtrip nous avions pris le parti de ne pas faire trop de réservations tout en ayant une idée assez précise de notre trajet et de nos points de chute.
Seules entorses à cela : les grandes villes comme San Francisco et Los Angeles.
En effet, les locations dans ces grandes villes sont très coûteuses. De plus, une réservation anticipée vous laissera plus de latitude dans le choix du quartier où poser vos valises. Nous avons donc réserver 3/4 mois en avance via Airbnb pour ces deux villes.
A noter : San Francisco est l’une des villes les plus chère avec Napa ou encore Santa Barbara.
img_1097

6. Ne pas vouloir trop en faire
Lorsque nous avons commencé à faire le tour de tout ce que nous voulions faire/voir/visiter pendant nos vacances nous nous sommes vite retrouvés avec une longue liste et les miles qui s’accumulaient.
Nous avons donc fait des choix et notamment celui de ne pas aller à Las Vegas et la vallée de la Mort que mon Jules connaissait déjà (pas moi) pour nous donner plus de temps à chacune de nos étapes; et honnêtement nous ne l’avons pas regretté. Nous avons pu réellement prendre le temps de découvrir les régions, faire la grasse mat’ et traîner quand on avait pas envie de bouger. Au final, on peut dire que les 1300 mi ont été une formalité tant nous avons naviguer tranquillement d’une étape à l’autre. Notre crainte : rentrer épuiser.

7. Ne pas négliger le décalage horaireimg_1108
ça peut paraître très anondin dit comme ça mais ne négliger pas les 9h de décalage horaire qui vous sépare de la France dans la préparation de votre séjour.
Les premiers jours (personnellement ça m’a pris 5 jours pour m’adapter) vous serez réveillés très tôt et au lit très tôt aussi. Alors autant ne pas charger vos fins de journées avec 3h ou 4h de route au risque de vous épuiser.
Les américains et les californiens vivent sur un rythme très similaire au notre si ce n’est que les repas sont pris assez tôt : 12h au déjeuner, 19h au dîner. Dans les grandes villes c’est plus cool. Vous pouvez réserver dans un restaurant à 20h30 comme en France.
Le retour sera aussi difficile avec un temps de vol + décalage horaire qui peut vous faire voyager sur 2 jours (notre cas).
Compliqué d’aller au lit puis réveil en pleine nuit : comptez là aussi 3/4 jours pour vous ré-adapter.

8. Les grands principes de la conduite
img_1282
On a parlé de la location du véhicule, parlons désormais de la conduite et de ses grands principes.
Sachez que les automobilistes américains sont très prudents et à cheval sur le code de la route. Ça peut vous faire un choc surtout quand vous avez l’habitude de la jungle parisienne🙂
Parmi les quelques principes à retenir :

  • Les feux de signalisation se trouvent après le carrefour mais il faudra vous arrêter avant évidemment
  • Les piétons sont prioritaires. Bon,… en France aussi à vrai dire. Mais aux USA les voitures s’arrêtent systématiquement. Pourquoi ? Une verbalisation très importante en cas de non respect
  • Sauf contre-indication vous pouvez vous tourner à droite au feu rouge
  • Pour le stationnement veillez toujours à ce que les roues de votre véhicule touchent le trottoir et à être bien entre les deux pointillés qui délimitent la place (sinon c’est l’amende, même si vous avez payez le parcmètre, je parle d’expérience :))
  • Limitation de vitesse : les limitations de vitesse sont inférieures à celles en vigueur en France. Cela s’explique notamment par la condition moyenne des autoroutes. La bonne nouvelle c’est qu’il n’y a pas de péages, la moins bonne c’est que les routes sont moins entretenues. D’où une vitesse réduite à environ 110Km/h sur autoroute.

9. Les tips et les taxes

La sempiternelle question du pourboire.
Avec mon Jules on s’est basé sur le principe suivant donné par une amie américaine :

  • Pourboire automatique seulement si vous avez été servi à table. Et combien donner ? En général on laisse entre 15%-20% pour un repas, 10%-15% pour un verre.
    Sachez que certains restaurants « hypes » vous prélèvent directement le pourboire au moment de l’addition (18% en général). Ils vous le préciseront.
  • Pourboire facultatif pour tous les autres cas

Et puis il y a aussi les taxes. Elles sont différentes d’un état à l’autre, difficile donc de faire de généralités. Gardez simplement à l’esprit qu’elles viendront en addition lors de votre shopping ou vos courses. Au restaurant elles sont incluses.

Photos : Alice.P

img_6956

Restaurants : les 15 adresses de la rentrée à Paris

Remontés à bloc, les carnets débordants de nouvelles idées et recettes, nos chefs sont enfin de retour. Après avoir pris des quartiers d’été bien mérités ils rentrent avec dans leurs valises de nouvelles adresses et boutiques à ajouter à notre interminable eat-list.
Découvrez les 15 adresses et boutiques qui feront parler à la rentrée :

1 > Ducasse et Versailles.ore
On connait déjà l’affection qu’Alain Ducasse porte au Domaine de Versailles depuis l’installation en 2014 de son potager dans la domaine du Trianon pour fournir les cuisines du Plaza Athénée.
Le 13 septembre, le chef multi-étoilé écrira une nouvelle page de cette relation si particulière qu’il entretient avec Versailles en inaugurant Ore, son dernier né.
Installé dans la pavillon Dufour, Ore – la bouche en latin – accueillera les gourmets dans un cadre exceptionnel revu par les architectes Dominique Perrault et Frédéric Didier (archi en chef du Château).
Au menu du restaurant, une carte à l’esprit français qui fait la part belle aux légumes en reprenant des plats traditionnels mais aussi des assiettes plus légères à déguster sur le pouce. Ne pas oublier les desserts et les pâtisseries très gourmandes.

ore 1
Mais Alain Ducasse devrait également proposer une expérience encore plus inédite !
Le soir venu, une fois le château vidé de ses visiteurs, une poignée de happy few aura le privilège d’assister à des dîners historiques* dans les salons restaurés. Personnel en grande tenue, porcelaine de Marie-Antoinette rééditée et menus inspirés de la table des monarques projetteront les convives dans une parenthèse hors du temps.
Uniquement sur privatisation (de 2 à 124 pers.)

Infos : pré-réservation en ligne ducasse-chateauversailles.com

2 > Mamma Primi : Viva la Pasta Fresca 

Mamma primi
Les food-hipsters de Big Mamma remettent le couvert. Après East Mamma à Bastille et Ober Mamma à Oberkampf , Mamma Primi ouvrira début septembre aux Batignolles. Cette troisème adresse parisienne proposera une carte tournée vers les pâtes fraîches maison et faîtes sous vos yeux. Pour les amoureux des pizzas, soyez rassurés, elles seront aussi à la carte. J’en bave…
Mamma primi 1
Infos : 71, rue des Dames 75017 Paris. Sans réservation

3 > Michalak débarque rive gauche :
michalak

Après avoir ouvert sa première pâtisserie rue de la Verrerie en début d’année et pris le large du Plaza Athénée, le Champion du Monde de Pâtisserie Christophe Michalak ponctuera une année 2016 bien chargée avec l’ouverture en septembre d’une deuxième pâtisserie à Saint-Germain-des-Prés. Les becs sucrés pourront y déguster cakes, kosmiks, créations signatures (aka sa religieuse au caramel) ou encore une Ice Kreamn, cheesecake-abricot-pêche, pavlova, tarte chocolat-caramel ou paris-brest-noisette-vanille. Régalade assurée. Attention au porte-feuille, l’addition sucrée peut vite être très salée.
Infos : 8, rue du Vieux-Colombier 75006 Paris

4 > Tomy Gousset ouvre son 1er restaurant : Tomy & Co tomyco
Après quatre annnées brillantes au commande du restaurant Pirouette qui l’a fait connaître le chef Tomy Gousset prend son envol et ouvrira tout début septembre son premier restaurant : Tomy & Co rue Surcouf. En cuisine le chef proposera une carte subtile concoctée à base de légumes cultivés dans son propre potager situé au Château de Courances.
Infos : 22 rue Surcouf 75007 Paris.

5 > Umami Matcha Café :
umami matcha

Le matcha s’est fortement popularisé en France ces deux dernières années à tel point que les parisiens ont désormais la possibilité de déguster ce thé japonais aux saveurs douces et amères chez Umami Matcha Café : le premier coffee shop dédié à ce produit.
Notre conseil : le latte to go et ses zébras verts/blancs le matin. Un déjeuner healthy entre copines le midi.
Infos : 22 rue Béranger 75003 Paris / Mardi-vendredi : 9h – 19h Samedi : 10h – 19h Tél : 01.48.04.06.02

6 > Rostang : Opus 7
odette

Avec le renouveau des Halles les nouvelles adresses fleurissent autour de la Canopée. C’est entre le Forum et la Samaritaine que la famille Rostang y ouvrira son 7ème restaurant : Odette.
Véritable auberge urbaine (à l’image de Champeaux), ouverte pour le petit déjeuner, déjeuner, teatime et dîner.
Dans un esprit de franche convivialité la cuisine d’Odette mettra en avant des produits d’’Île-de-France dans des assiettes savoureuses et fraîches.
Infos : 25 rue du Pont-Neuf 75001 Paris.

7 > Transfert : Clément Leroy à l’Auberge du Jeu de Paume à Chantilly
jeu de paume

Depuis juillet, l’ancien chef exécutif de l’Hôtel de la Monnaie a pris ses nouvelles fonctions de chef à la « La Table du Connétable » le restaurant doublement étoilé de l’Auberge du Jeu de Paume. Un très beau défi pour cet ancien poulain de Guy Savoy habitué des étoiles Michelin.
Infos : 4 Rue du Connétable, 60500 Chantilly Tel : 03 44 65 50 00
aubergedujeudepaumechantilly.fr

8  > Yann Menguy : Pâtisserie la Goutte d’Or
goutte dor
Ancien participant en 2013 de l’émission de France 2 « Qui sera le prochain Grand Pâtissier » Yann Menguy avait étonné les chefs par sa créativité et rejoint les troupes de Michalak à l’issue de l’aventure. 3 ans après il se lance enfin seul dans le grand bain en ouvrant sa pâtisserie dans le 18ème arr. de la capitale : La Pâtisserie la Goutte d’Or.
En attendant l’ouverture début septembre rendez-vous sur Facebook pour découvrir des premieres créations en exclu comme la tablette chocolat noir praliné amande fleur de selgoutte dor 1
Infos : 183, rue Marcadet 75018 Paris

9 > Simone Zanoni au George V Four Seasons
le goeorge

Atabula, dans un article publié ce jour dévoilait l’arrivée imminente de Simone Zanoni (ex Trianon Palace) au George, le second restaurant du palace parisien éponyme. En remplaçant Marco Garfagnini aux commandes de cet établissement à la cuisine d’inspiration méditerranéenne, le chef, comme Christian Le Squer au Cinq, vise les étoiles.
 » Avec trois étoiles pour le Cinq, deux étoiles potentielles au George et la quête de l’étoile pour l’Orangerie, a »  l’hôtel pourrait prétendre à 6 étoiles rapporte Atabula.
Infos : 31 Avenue George V, 75008 Paris Tél : 01 49 52 70 00. 

10 >  Bar : Ouverture du Bluebird.14102159_1762888890646351_6559006670293593573_n
Bluebird c’est avant tout l’histoire de trois mecs.
Trois anciens barmen du Moonshiner : Danilo Grenci, Pasa Omerasevic et Pedro Martinez qui ont décidé de se lancer dans une aventure collective en ouvrant leur propre établissement. Dans ce tout nouveau bar du quartier de Charonne ils mettront à l’honneur le gin mais pas seulement… .
Infos : 12, rue Saint Bernard, 75011 Paris. Ouvert tous les jours de 18h à 2h

11 > Le goûter au Ritz : François Perret nous avait tant manqué.
Ritz photo @adr

Il est revenu!!!! Oui le retour de François Perret valait bien cette farandole de points d’exclamation. Après avoir excellé au Shangri-La, François Perret officie désormais en tant que chef Pâtissier de l’Hôtel Ritz Place Vendôme. Pour ce retour en fanfare le jeune homme talentueux a composé les desserts du restaurant et bien sûr le goûter pour les becs sucrés. Servi dans le salon Proust ce goûter est« à faire une fois dans sa vie » confie même la journaliste et auteur Esterelle Payany. Ce dernier se composant de « sablés croquants, de gaufrettes aux fruits rouges, de cigarettes russes évanescentes, de marbré moelleux ou de tarte au sucre à la crème de Bresse ».
Thé au salon Proust 55 €.
Infos : 5 place Vendôme, 75001 Paris. Service tous les jours de 14h30 à 18h.
Tel : 01 43 16 33 74
Photo @ADR

12 > Homard & Boeuf Le chef Pascal Favre d’Anne arrive à Paris.
favre danne

A la tête du restaurant étoilé Favre d’Anne à Angers (ma ville natale #3615 ma life), le chef a annoncé sur sa page Facebook il y a deux jours qu’il ouvrira un restaurant à Paris fin septembre. Le lieu s’appellera Homard & Bœuf. Bien qu’on en sache encore très peu sur la carte que proposera l’établissement gageons tout de même que l’association terre/mer y jouera un grand rôle.
Infos : 22 avenue de Villiers 75017 Paris.

13 > Five guys à bercy Village5 guys
Il y eut la frénésie Burger King il y a quelques années, c’est aujourd’hui à la chaîne américaine de fast-food Five Guys d’enflammer l’appétit féroce de amoureux de burgers à Paris. Même si mon avis personnel reste réservé sur la burger-mania qui a envahit la France depuis 2 ans les afficionados du petit pain à la viande vous diront que les 45min de queue pour obtenir le précieux sésame – approved by Barack Obama – en valent la peine.
A vous d’en juger. Commande en ligne recommandez pour éviter la queue
Infos : depuis le 01/08 Cour Saint-Emilion, 75012 Paris, Tel. 01 43 44 06 22

14 > Boneshaker doughnuts : la folie donut arrive à Paris.
boneshaker

Installée rue d’Aboukir tout prêt de Montorgueil Boneshaker c’est un duo de choc qui confectionne chaque matin une dizaine de variétés de donuts maison très alléchants du traditionnel sucre cannelle en passant par les fruits rouges et fruits frais, au plus fou pop corns caramélisés et bourbon. Il parait qu’il y en a même un au bacon…
Infos : 77 rue d’Aboukir, 75002 Paris. Sur place ou à emporter, donut à partir de 3,50€

15 > Le premier restaurant naturiste de Paris
restaurant nu

Une curiosité qui a déjà fait pas mal couler d’encre…
Emprunté à nos amis anglo-saxons Bunyadi est le nouveau concept de restaurant éphémère qui fait parler. Après Londres, c’est au tour de Paris d’ouvrir son adresse naturiste. Le concept? Du plus simple appareil. Vous mangez nu au restaurant.
Je reste dubitative…même si à en croire l’expérience londonienne qui avait vu 45 000 personnes s’inscrire, Bunyadi rencontre un certain succès.
Infos : Lieu encore inconnu. Page Facebook de l’évènement