On se fish de nous!

Bon déja la viande de cheval c’était de « trot » mais là c’est la goutte qui fait déborder l’océan!

PECHE A CONCARNEAU

La raison de ma colère?

Un article dans Le Monde de ce week-end qui revient sur un nouveau scandale alimentaire que les lobbys européens des filières du poisson se sont empressés de dissimuler : 38% du poisson consommé aux USA n’est en réalité pas celui annoncé sur l’étiquette. Autant dire que ce problème ne se cantonne pas aux frontières américaines.
En effet, on apprenait la semaine dernière que des chercheurs américains ont analysé plus de 1000 échantillons de poisson (extraits de restaurants, grande distribution etc.) et effectués des tests ADN. Résultat? : Le scandale est de taille. L’étiquetage des produits est loin de correspondre aux produits prétendument vendus.
Le cas du thon blanc est éloquent apprend t-on dans cet article : « 84 % des échantillons de thon blanc prélevés étaient en réalité de l’escolar, une espèce de poisson pouvant provoquer de graves troubles digestifs ».
La fraude au « faux » poisson est également massive dans les restaurants de sushis où le consommateur se voit proposer dans 74% des cas une carte erronée.
Nul doute que cela est également le cas en France.

sushi

Etrangement aucune étude n’a encore été menée en France sur le sujet. Manque de moyens argue t-on chez les industriels de l’agro alimentaire. « Ne faisons pas d’amalgame entre viande et poisson » a t-on pu entendre du côté de l’ANIA.
Mais comment se contenter de cette réponse lorsque l’on constate les effets dévastateurs d’une telle crise sur les consommateurs?
Après la viande de cheval, Findus, fabriquant de poissons panés devrait également surveiller ses arrières sur ce terrain devenu hautement sensible depuis ces dernières semaines.

Je ne pense pas que ma réaction soit particulièrement démesurée au regard du contexte de crise, une fois de plus c’est de la transparence (et non de la communication de crise) que l’on réclame.
La situation fait néanmoins des heureux comme les producteurs de circuits courts et autres AMAP et associations comme La ruche qui dit oui dont je vous ai déjà parlé.

Photos ©Lefigaro.fr

Publicités

Une réflexion au sujet de « On se fish de nous! »

  1. Bel article! bravo!

    Ajoutons le mercure et le plomb des poissons de rivière, toujours le plomb dans les gibiers chassés ainsi que les différents pesticides et autres engrais chimiques en ce qui concerne les légumes, voilà une assiette peu garnie au final… A qui pouvons nous encre accorder notre confiance?

    J'aime

Laissez moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s