Restaurant Saturne : dîner en demi teinte

Hier soir avec Jules nous avons testé Saturne, la nouvelle adresse prometteuse de Sven Chartier : Prix Omnivore 2013 et encensée par la critique.

photo01

Pour vous parler de notre diner je pense qu’il est important que je dissocie : le service, la cuisine et le vin qui n’ont pas tous été au même niveau.
Par avance désolée de la qualité des photos, c’était super sombre!

Le service :
Aimable et souriant à notre arrivée.
Nous avons néanmoins regretté la difficile prononciation des intitulés des plats par notre serveur british – ok j’admets que prononcer fèves sauce à la menthe, brousse ça demande de l’entrainement mais bon c’est dommage de se retrouver abandonné devant son plat avec un mot sur deux de compris -.
Enfin nous avons trouvé l’enchainement des plats beaucoup trop rapide, au point même que nous avons du faire exprès de manger lentement. J’ai du part deux fois dire à la serveuse que je n’avais pas terminé….Nous avons redemander 2/3 fois du pain.
Cet empressement à fini pas me stresser. Quand Jules s’est absenté une seconde ils n’ont pas attendu qu’il revienne pour nous servir le dessert du coup l’annonce du dessert déja à moitié comprise pour moi était difficile à retranscrire derrière.

La cuisine : 
C’est là que tout se passe! Des saveurs inventives, ingénieuses et des associations savoureuses qui font la part belle au produit. Et pas n’importe quels produits! Sven Chartier cuisine avec les légumes d’Olivier Durand, un ami maraîcher passionné, installé dans la région nantaise et qui envoie au compte goutte ces produits d’exception aux chefs parisiens.
Dans nos assiettes, la même chose car chez Saturne le soir c’est un menu unique 6 plats à 60€ avec 2 entrées, 2 plats, 2 desserts (120€ si vous tentez l’accord mets/vins…gloups O_o).
photo 6Entrées :
Fèves, brousse, menthe et betteraves : très bon et frais! Les betteraves oranges étaient superbement cuites.
photo 8 Sardine, oxalis rouges, calamars et eau de concombre. Difficile pour moi qui n’aime pas la sardine de juger ce plat. Je dirai simplement que l’association oxalis rouge et calamar était bonne.

photo 9Plats :
Rouget fumé, mousseron, fleur de moutarde, mini-poireau :
Alors en matière 1/ de rouget et 2/ de fumaison j’ai de bonnes référence dans mon entourage c’était donc un vrai défi! Le gout de la fumaison était bien prononcé mais les mousserons n’apportaient pas grand chose et la cuisson « sur le fil » voir un tout petit peut trop cuit. J’aurai aussi préféré une sauce plus généreuse. Le poireau était quant à lui excellent.

photo 1Agneau de lait, asperges, salicorne, mini-mini pomme de terre,
Viande très bien cuite, asperges jeunes et croquantes et salicornes fraiches avec une sauce au beurre noisette excellente. Enfin bluffé par la taille de si petites pomme de terre au parfum concentré. Un plat gouteux mais relativement simple.

photo 2Desserts (ou plutot plats sucrés) :
Avant de vous parler des desserts, je voudrais dire un peu ma déception. Selon moi c’était  plus des plats sucrés que des desserts. Deux fois de la glace, pas un petit biscuit…dommage.

Fraises, glace à l’oseille, meringue, fleur de sureau.
Tout était très bon. J’avais déjà gouté la glace à l’oseille chez Septime mais celle de Saturne était meilleure. Etonnement, les fleurs de sureau donnaient pas mal de caractère au plat, surtout quand vous les associez aux éclats de meringue.
photo 3Chocolat, glace au foin, chips de carotte
La glace au foin était délicieuse et l’association avec le chocolat plutôt intéressante.

photo 5 copieVins :
Avec Jules nous n’avons pas pris l’accord mets/vins mais souhaitions partager une bouteille pendant le diner.

photo 7

photo 4photo 5

Nous voici donc devant une carte des vins très fournie. Au moins 300 références!
Plusieurs noms nous amusent « poussières de lune qui gazouille » notamment.
A son arrivée à notre table nous interrogeons le sommelier sur ce nom, il ne sait pas (tout à fait pardonnable, il demande à son collègue). Il revient avec la bouteille sans nous donner de conseil…bof! En nous présentant la bouteille il nous explique que ce vin est un Sauvignon pétillant mais qu’il n’en a plus que du non pétillant. Or à la dégustation il s’avère pétillant et pas vraiment idéal pour l’ensemble du diner. Grosse déception.
Enfin je ne parle pas du ver de Calva en digiestif à 14€!!!

Pour conclure, un bilan en demi teinte.
Ok la cuisine est inventive mais elle ne peut pas se suffire à elle même.
Des efforts sont à fournir au niveau du service pour sublimer le travail du chef.

Informations pratiques :
17, rue Notre-Dame des Victoires – 75002 Paris
www.saturne-paris.fr
01.42.60.31.90

Photos ©Alice.P ©Saturne

Publicités

4 réflexions au sujet de « Restaurant Saturne : dîner en demi teinte »

  1. Ping : Portrait d’artisan : Olivier Durand, maraîcher | Plus un zeste!

  2. Ping : Clown Bar Paris 11, pourquoi je n’ai pas ri? | Plus un zeste!

Laissez moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s