Les diners du patrimoine : Le Taillevent

Dans cette nouvelle série des « diners du patrimoine » je vous invite à découvrir
Le Taillevent.
Monument immuable de la gastronomie parisienne depuis l’après guerre, le Tailevent a su habilement allier tradition et modernité pour entrer durablement dans le patrimoine gastronomique parisien .

IMG_0005

Aux fourneaux du restaurant depuis bientôt 15 ans, Alain Solivérès chef doublement étoilé s’est vu confier à son arrivée la mission périlleuse d’associer tradition et modernité et de faire changer sans brusquer.
Un défi de taille qu’il a su exécuter avec justesse et excellence épaulé d’une équipe en salle et en cuisine de 43 pers. (21 en cuisine, 22 en salle).
Précautionneusement préservé par Jean-Marie Ancher, maître d’hôtel depuis 40 ans au Taillevent, le service est ici un art.
Des noces de fer solide pour cet homme qui confie son émotion de voir revenir à la table du Taillevent des familles de génération en génération comme cette jeune femme dont la fillette dévore avec gourmandise un tournedos Rossini comme sa mère en son temps.

Lovée dans cet écrin précieux de bois et de marbre centenaires j’a eu le privilège de déguster la « Quintessence » de la maison dans un mémorable menu en huit services.


Cresson de Fontaine et Caviar

Rémoulade de Tourteau à l’Aneth, Sauce Fleurette Citronnée
Noix de coquilles Saint-Jacques, beurre salé, pomme  Reinette et  cidre,
Épeautre du Pays de Sault en Risotto aux morilles blondes
Tourte feuilletée au canard sauce rouennaise

Fromages affinés
Déclinaison autour de la vanille
La tête dans les nuages, fraîcheur Mojito


Dans cette partition à mi-chemin entre classicisme et modernité on se laisse porter par des plats au design léché et rassurant. Départ en trombe avec la minutie chirurgicale du cresson de Fontaine et Caviar

Un vrai coup de cœur pour le risotto d’épautre, plat signature du chef décliné en fonction des saisons, ici avec des morilles et son Saint-Joseph

Doux et rond plat de noix de Saint Jacques dynamisé par l’acidité de la pomme associée à la réduction de cidre.
C’est brillant.

Bien potelée la tourte emporte l’adhésion générale avec son feuilleté aérien accompagné d’un gourmand Gevrey-Chambertin.

IMG_0009

IMG_0014

IMG_0018

En dessert je fonds pour la déclinaison de vanille associée au praliné croustillant et sa légère pointe de sel.
Manquait peut-être d’une touche de fraîcheur au sein du plat, apportée ensuite avec le mojito en 2nd dessert.

En résumé :
Une très belle table de goût et de tradition où l’on aime à se rassurer qu’une belle cuisine française digne d’Escoffier perdure dans la capitale.
Un cadre d’exception et un service de prestige qui font de ce deux étoile un fleuron vivant et authentique de notre histoire et de notre patrimoine gastronomique.
A découvrir en amoureux ou pour un repas de famille.

Informations pratiques

15 rue Lamennais, Paris 8ème
Du lundi au vendredi, au déjeuner et au dîner.
Tenue : chic

Menu déjeuner entrée, plat, dessert à 88€ par personne (104€ avec deux verres de vin, l’eau minérale et le café).
Menu « Essentiel » à 148€ par personne en quatre services. Menu « Quintessence » à 178 et 218€ en respectivement six et huit services.
Réservations au téléphone : +33 (0)1.44.95.15.01 ou par le formulaire en ligne.
Contact par e-mail : letaillevent@taillevent.com

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les diners du patrimoine : Le Taillevent »

  1. Ping : Les dîners du patrimoine : La Grande Cascade | Plus un zeste!

Laissez moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s